Comment le cadre de l’ODD 4.1.1 et le concept de pauvreté des apprentissages peuvent-ils aider les pays à orienter leur politique d’éducation en réponse à la COVID-19

João Pedro Azevedo, économiste principal, Pôle mondial d’expertise en éducation, Groupe de la Banque mondiale et Silvia Montoya, directrice, Institut de statistique de l’UNESCO (ISU)

La plupart des gouvernements et des partenaires de développement s’emploient à connaître, à protéger et à soutenir l’apprentissage des membres les plus vulnérables de la génération COVID-19. Dans ce blog, nous examinons de quelle manière le cadre de l’ODD 4.1.1 et le concept de pauvreté des apprentissages sont en mesure d’aider les pays à comprendre les impacts de la COVID-19 sur la scolarité et l’apprentissage, et à prendre les mesures appropriées pour les atténuer.

Du seuil minimal de compétences à la mesure de la pauvreté des apprentissages

En octobre 2018, la communauté internationale a convenu de réfléchir sur le suivi des progrès de l’apprentissage des élèves à l’aide d’une norme mondiale. Le Seuil Minimal de Compétences (SMC), approuvé par l’Alliance mondiale pour la mesure de l’apprentissage, fournit une valeur de référence incomparable pour aider les pays et les partenaires de développement à travailler de concert pour suivre et pour améliorer l’apprentissage des élèves qui ont du retard. La visualisation interactive ci-dessous (figure 1) vous permet d’explorer les données utilisées pour le suivi de cet ODD à l’aide du SMC-GAML et des différents seuils minimaux de compétence en déplaçant le curseur.

La figure 1 montre comment utiliser l’ODD 4.1.1 pour mettre l’accent sur les élèves en dessous du Seuil Minimal de Compétences (SMC).

La pauvreté des apprentissages : un facteur multidimensionnel pour le secteur éducatif

En octobre 2019, la Banque mondiale et l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) ont lancé le nouvel indicateur multidimensionnel appelé « pauvreté des apprentissages ». Il est fondé sur la notion selon laquelle chaque enfant devrait aller à l’école et savoir lire un texte adapté à son âge à 10 ans.[1] Cette formulation, qui traduit l’aspiration de l’Objectif de Développement Durable (ODD) 4 qui stipule que tous les enfants doivent aller à l’école et apprendre[2] et qui tient lieu d’indicateur d’alerte précoce, repose sur deux privations. 

Continue reading